Voyage Responsable : témoignage de Camille & PM

par | 15 Juin 2021 | Voyageurs Responsables - Témoignages

Cette semaine pour les témoignages de voyageur responsable, j’ai la joie d’accueillir Camille & PM. Ils sont les fondateurs du compte Instagram Le Bon Trip et auteur du magnifique roman Les Faiseuses de Vagues qui nous parle des océans et des baleines. Vous en apprendrez davantage dans cet article alors, prenez le temps de lire les belles lignes écrites par ces deux belles personnes.

Voyageur responsable, témoignage, Le Bon Trip

    • Décrivez-vous, qui êtes-vous, que faites-vous dans la vie ?

Nous sommes PM et Camille nous avons 32 et 31 ans et vivons dans l’Oise juste à côté de Compiègne, en pleine forêt.

Nous sommes en couple depuis 16 ans maintenant ; et voyageons à deux, de façon régulière, depuis 13 ans.

Dans la vie nous sommes des passionnés ! De voyage bien sûr, mais aussi d’art et de culture ; nous adorons le cinéma, la littérature et sommes de grands fans de Disney. Nous sommes également passionnés de cétologie, tout ce qui est en rapport avec les cétacés de près ou de loin nous fascine !

A titre professionnel, nous sommes greffier des services judiciaires pour Camille et commercial dans la lingerie haut de gamme pour PM.

Et d’une manière plus amateure, nous sommes auteurs ; nous avons publié deux livres de contes pour petits et grands. Et sommes créateurs de l’Instagram LeBonTrip.

    • Selon vous, qu’est-ce que le voyage responsable ?

Dans l’inconscient collectif, voyage responsable rime souvent avec l’idée d’un voyage « propre » en termes d’empreinte écologique. C’est effectivement important à nos yeux car il est juste inconcevable de voyager sans prendre en compte l’impact de notre voyage sur l’environnement. Le respecter au maximum est une première étape d’un voyage responsable, cela coule de source même s’il est impossible d’être parfait sur ce point (surtout du point de vue du transport).

Mais voyager responsable c’est, à notre avis, avant tout un état d’esprit ! Une philosophie du voyage. Plus qu’une pure facture écologique, un voyage responsable se mesure plutôt par l’ouverture sur le monde qu’il nous apporte, sur les nouveaux regards qu’il nous offre. Revenir avec de nouvelles idées et de nouveaux points de vue sur la vie, voilà ce qu’est pour nous voyager responsable.

    • Depuis quand et comment, êtes-vous sensibilisé au voyage responsable ?

Nous avons toujours fait attention à notre façon de voyager même si comme la plupart des voyageurs modernes, nous avons aussi « grandi » sur ce sujet de voyager plus proprement et de façon plus enrichissante. Mais notre vrai déclic date de notre deuxième voyage au Québec en 2014 : Nous avions 25 ans et commencions vraiment à entamer une conversion beaucoup plus écolo de notre mode de vie et à nous passionner de plus en plus pour la vie sauvage ; notamment concernant le milieu marin et plus précisément en faisant grandir notre passion pour les baleines. Lors de ce voyage, nous avons vécu notre première rencontre avec celles que nous appelons maintenant « nos protégées » ; et cette rencontre nous a totalement bouleversé ! Cela a changé beaucoup de choses dans notre façon d’appréhender les choses et donc notre façon de voyager. Nous faisons maintenant très attention à chaque point d’organisation de nos voyages afin d’être certains de respecter notre sensibilité de voyageurs, mais nous y reviendrons un peu plus loin lors d’une autre question.

Le second déclic, et non des moindres puisqu’il a changé notre façon de voyager, date de 2019 et de notre premier voyage en van à travers l’Ecosse. Nous voulions depuis longtemps nous essayer à ce voyage plus lent, et autant dire que ce test a bousculé notre conception du voyage. Depuis, nous avons ouvert une nouvelle page de notre parcours de voyageurs en aménageant notre Sulli(van), dans le but de pouvoir voyager en rognant sur beaucoup de points de pollution inutile lors d’un voyage. Nous y reviendrons également.

Voyageur responsable, le bon trip, voyage, voyager, tourisme durable, témoignage

    • Quel voyageur étiez-vous avant de devenir un voyageur responsable ?

Nous étions des voyageurs lambda qui devaient aussi voyager en fonction d’un budget qui forcément n’est pas le même qu’en grandissant professionnellement… Comme beaucoup, nous avons passé quelques vacances dans des hôtels clubs All inclusive (Grèce, Canaries). Quand on a 20 ans, c’est une façon « facile »de voyager et nous assumons pleinement le fait d’être passé par là car voyager tôt, même dans ces conditions qui aujourd’hui sont à mille lieux de notre vision du voyage, ouvre au monde et met sur le chemin de la responsabilité que nous avons en tant que voyageurs. Voyager responsable, passe aussi par faire l’expérience, l’important étant de savoir faire le tri entre ce qui vous ressemble, ce qui est bon pour la planète et ce qui est respectueux des cultures locales.

    • Comment définiriez-vous le voyage responsable ? Par exemple, Qu’est-ce que ce « concept » représente pour vous, quelles sont les choses à faire ou ne pas faire…

Comme expliqué plus haut, pour nous voyager responsable c’est un état d’esprit. Aujourd’hui tout le monde connaît les enjeux écologiques et chacun essaye d’y faire attention. Il ne faut pas non plus tomber dans des extrêmes et se dire « je n’irais pas ici ou là parce que le coût écologique est trop fort »… Nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec cela. La question qu’il faut se poser est : « pourquoi j’ai envie d’aller à cet endroit, que vais-je en rapporter comme expérience ? ». Si c’est simplement pour rentrer avec de belles images « instagramables » alors effectivement ce voyage est une très mauvaise idée ! Malheureusement ce mode de voyage pour l’image semble accélérer de plus en plus et cela nous désole… Beaucoup de voyageurs d’aujourd’hui ne semblent voir le monde qu’à travers le prisme de leur propre image alors qu’ils devraient s’imprégner du monde. Alors voilà notre premier conseil pour voyager de façon responsable : savoir poser l’appareil photo, poser le téléphone, poser le cerveau et arrêter de penser image et likes.

Car le pire dans la course à l’image, c’est qu’elle mène à des actions irresponsables. Que ce soit en termes de respect des cultures locales, de respect des animaux, de respect de la nature ou même en termes de risques physiques.

Notre deuxième conseil sera de faire très attention aux prestataires que l’on choisit. Le raccourci qui veut que le plus bas prix l’emporte n’est pas toujours une bonne idée… Se renseigner est la base ! Pas l’attractivité.

Troisième conseil : Un voyage responsable passe par le respect des cultures locales. Il est donc essentiel, à nos yeux, d’essayer de se fondre au maximum au sein de ces cultures. Cela commence par l’apprentissage de quelques rudiments de la langue du pays visité par exemple. Ce conseil permet de pouvoir se rapprocher des locaux et souvent de vivre des situations qui vous enrichiront bien plus que ce que vous ne pouviez l’imaginer. Ce respect est la base d’un bon voyage !

Dernier petit conseil : se comporter comme chez soi ! S’il est important de se fondre dans la culture locale, il ne faut pas oublier d’être soi et surtout de se comporter comme chez soi. On entend si souvent ce genre de réflexions « les anglais chez eux sont propres et cool mais alors dès qu’ils arrivent en France ils se lâchent ! »… C’est malheureusement souvent un fait ! Certains voyageurs ont moins de scrupules à polluer loin de chez eux… Et c’est valable pour tout le monde ! Voyageant en van, combien de fois avons-nous vu des compatriotes laisser leurs poubelles en plein milieu de la nature !? …

    • Comment vous définiriez-vous en tant que voyageur responsable ?

Nous sommes des voyageurs attentifs, loin d’être parfaits car cela est simplement impossible mais on tend toujours vers le « faire mieux ». On pense que faire de son mieux, c’est déjà être responsable de sa façon de voyager, l’important ensuite et de pousser chaque fois le curseur un peu plus loin. Nous en parlons dans la question suivante nous concernant.

Voyageur responsable, écosse, tourisme durable, paysage, voyage responasble

    • Quelle est l’action responsable dont vous êtes le plus fier en voyage ?

Sans aucun doute notre conversion au voyage en van ! Comme on le dit depuis le début, impossible d’être parfait quand on voyage, mais le van reste une expérience du « peu » qui oblige à raisonner sa façon de voyager. Avant quand nous voyagions, nous prenions d’abord l’avion, puis louions une voiture, prenions des chambres d’hôtel ou des AirBnb, n’avions pas forcément besoin de faire attention aux déchets alimentaires… En van tout cela s’annule ! La vie en van est un défi du minimalisme, en tout cas dans notre conception de cette façon de voyager. Nous vivons avec 10 litres d’eau par jour et par personne (moins par temps frais), devons faire extrêmement attention à notre production de déchets, nous produisons notre propre énergie, n’utilisons que des matières recyclées et recyclables, évitons (de fait) de multiplier les moyens de transport… Le bénéfice écologique et responsable est immense ! Apprendre à voyager lentement, à poser son voyage, cela n’a pas de prix !

    • Quels conseils donneriez-vous à d’autres voyageurs, pour réaliser un voyage responsable ?

Préparer, préparer et préparer ! Parfois l’improvisation fait faire des erreurs grossières. Elle a, bien entendu, une large place dans un voyage mais elle ne doit pas en être le squelette. Voyager responsable passe par le fait de se renseigner, d’échanger et de choisir. Ceci est surtout vrai pour toute activité nécessitant un prestaire ! Il en va de votre conscience de voyageur et donc aussi du bon ou du mauvais souvenir que vous aurez des moments que vous vivrez.

    • Quelles sont, selon vous, les meilleures applications pour voyager et organiser votre voyage responsable ?

Nous n’utilisons pas vraiment d’applications lors de nos voyages. Nous dirions peut-être Google Translate qui parfois nous est bien utile.

Pas vraiment d’application non plis mis à part Park4Night et Visorando qui nous permettent d’organiser nos trajets en fonction de nos spots du soir et nos randonnées.

Ma liste de matériel pour une journée de randonnée

Pour le reste c’est surtout de la recherche sur internet et des discussions via réseaux sociaux afin de pouvoir échanger avec les prestaires que nous choisissons pour certaines activités, mais aussi pour discuter avec d’autres voyageurs et avoir leurs retours d’expériences qui souvent sont extrêmement précieux !

Enfin, lors de nos retours à la maison, nous utilisons le site ReforestAction afin de compenser nos émissions de CO2 en finançant des programmes de plantation d’arbres. Nous avons trouvé ce compromis entre voyager et compenser et depuis nous nous y tenons.

    • Racontez-nous une anecdote à propos de l’un de vos voyages !

L’anecdote que nous allons vous raconter est un bon résumé de tout ce que nous venons de détailler finalement. C’est d’abord un rêve, un moment qui était censé être le point central d’un voyage, ce moment qui justifie un long voyage car on sait qu’il nous apportera beaucoup plus que ce que nous imaginions déjà. Ensuite c’est une recherche, celle de la bonne personne. Celle en qui nous pouvions avoir confiance, dont on partageait le point de vue et l’approche. Puis cette recherche est devenue un échange via les réseaux sociaux et s’est confirmée comme une évidence. C’est donc en plein accord avec nos valeurs et nos attentes que nous sommes partis à La Réunion pour plonger en compagnie de Manu de Duocéan. Manu répondait à tous les critères que nous cherchions : il ne « vend pas du rêve » mais de la vérité, il ne lisse pas son discours mais explique, il n’exploite pas mais respecte, il ne force pas mais propose. C’est ainsi qu’en le suivant, nous avons vécu l’un des plus grands moments de notre vie !

baleine, nager avec les baleines, voyageur responsable, témoignage

Il n’y a pas de hasard mais des choix et celui de Manu nous a offert notre rêve.

Tout commence par des consignes pendant que l’on enfile nos combinaisons de plongée :

« Pas de bruit »

« Ne pas taper ses palmes à la surface »

« On reste à la surface »

« Aller à la rencontre, nous nagerons plus de 300 mètres »

« Rester grouper »

« Le plus important quand nous serons proches : ne surtout plus bouger du tout »

Manu nous apprenait les rudiments du langage nécessaire pour vivre un moment en tout respect d’une culture qui n’est pas la nôtre.

1h plus tard, nous étions au milieu des eaux bleues de l’océan Pacifique, une baleine à bosse venait de passer sous notre petit groupe de 10 nageurs. Nous nous sommes immobilisés comme nous l’avait demandé Manu lors des consignes et là…

Là nous avons vécu le rêve de notre vie !

La baleine a compris nos intentions et c’est elle qui est venue à nous ! Elle a si bien compris notre approche et notre respect qu’elle est venue au contact. Elle a soulevé PM avec sa nageoire pectorale avant de venir caresser le bout des palmes de Camille.

Un géant de 14 mètres et environ 50 tonnes, à compris que nous avions tout fait pour respecter son monde et a décidé de nous offrir une caresse… au sens propre du terme.

Ce moment nous a changé à vie ! Nous sommes de plus en plus engagés depuis dans la protection de nos océans et plus globalement de la Nature. Cette même Nature qui, pourtant, quelque jour plus tard à faillit emporter Camille… Lors d’un accident de rando qu’on essaye toujours d’oublier. Ce voyage nous a changé, nous a fait écrire un livre (Les Faiseuses de Vagues), nous a fait toucher nos rêves, nous rendre compte de notre fragilité face à la nature aussi… C’est donc plus responsables que jamais que nous sommes revenus de ce voyage… initiatique.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *