Voyager autrement les alternatives à l’avion

par | 16 Jan 2021 | Le tourisme durable

Le “flygskam” a vu le jour avec Greta Thunberg, cette militante écologique qui a bousculé les institutions internationales avec son combat pour le climat. Elle a invoqué la honte de prendre l’avion et a initié un mouvement. Il a connu une certaine audience, notamment chez les jeunes et les partisans du tourisme durable ! Alors que le COVID a masqué ces préoccupations, la sortie du livre Voyager sans Avion de Charlotte Chapelle et Audrey Baylac (Auteure du blog Atelier Bucolique et fervente défenseure du slow tourisme) réveille nos consciences. Voyons ensemble comment voyager autrement et les alternatives à l’avion.

L’avion pointé du doigt

Ne le nions pas, s’il vous plaît, il n’est plus l’heure de faire l’autruche, nous n’avons plus le temps. L’avion a un véritable impact écologique c’est pourquoi il faut réfléchir à voyager autrement. À travers cet article j’aimerai vous rendre compte de l’étendu des dégâts, tout en relativisant les voyages en avion.

Empreinte carbone des différents modes de transports

Empreinte carbone, alternatives à l'avion, voyager autrement, tourisme durable,

Il apparaît assez clairement avec cette illustration que l’avion est le mode de transport le plus polluant, devant la voiture, le bus et le TGV. Même si un grand nombre de personnes voyagent dans le même avion, cela ne permet pas de réduire suffisamment l’empreinte carbone.

Le TGV semble être la meilleure façon de se déplacer tout en alliant vitesse et respect de l’environnement. Mais on en parlera plus tard en détail.

Pour pratiquer le tourisme durable et 0 carbone il faut envisager le voyage à pied ou à vélo. Pas toujours facile de partir depuis son domicile pour une excursion de quelques jours, je vous l’accorde. Néanmoins c’est la seule façon de n’avoir aucun impact sur l’environnement pendant ses vacances. Une solution peut être de partir en train (ou en voiture) avec les vélos et ne se déplacer qu’à vélo (ou à pied) une fois arrivé à destination.

Ne culpabilisez surtout pas, personne n’est parfait. Celui qui vous dit qu’il fait tout parfaitement a sûrement des points d’ombre auxquels il ne pense pas forcément. Faites de votre mieux, ayez conscience de ce que vous faites et surtout réfléchissez à comment mieux faire. Aujourd’hui, la priorité est de passer à l’action, en fonction de nos convictions, nos envies et nos connaissances.

Plus jamais prendre l’avion, hors de question !

Vous n’êtes pas bizarre ou moins bien parce que vous n’avez pas envie de vous priver de l’avion. Je ne suis pas là pour vous dire ça, loin de là. Il ne faut pas oublier que c’est grâce à lui que notre génération (particulièrement) peut autant voyager. Il a rendu l’Homme encore plus mobile que ce qu’il a toujours été. Il a permis de développer le tourisme dans le monde entier et donc, de combattre la pauvreté dans les pays en développement. Alors même si je me range du côté du tourisme durable, il ne faut pas oublier ce que le tourisme de masse à apporter au Monde. Aujourd’hui nous sommes dans un trop plein, une exagération permanente, je pense que le problème se situe à ce niveau là. Nous étions 1,5 milliards à voyager en 2019 (nombre d’arrivées internationales dans le monde), le 25 juillet 2019 c’était 230 000 avions dans le ciel … Ça me parait complètement dingue et pourtant. Voilà pourquoi je vous dis que je pense qu’aujourd’hui nous sommes dans l’exagération la plus totale.

Nous ne pouvons pas en vouloir aux  personnes, qui doivent prendre l’avion plusieurs fois par an dans le cadre de leur travail. En revanche, ne pouvons-nous pas réfléchir pour limiter ces voyages ? Les séminaires sont importants, le fait de rencontrer du monde et de se réunir aussi. Mais, n’est-il pas possible de développer la visioconférence et limiter les déplacements long courrier pour des événements d’entreprise ou des situations d’urgence ?

Pour nous voyageur dans l’âme, qui aimons plus que tout cette sensation de dépaysement et de liberté, ne pouvons-nous pas réfléchir à une autre façon de voyager ? Alors je sais, on est pas tous freelance ou indépendant, nous n’avons pas tous le bonheur de travailler partout, tout le temps, tant que nous avons une connexion internet. Mais est-ce vraiment nécessaire de prendre l’avion pour deux jours à Amsterdam ? Ne pourrions-nous pas trouver un train ? une voiture ? Faire du covoiturage ? prévoir un séjour plus long peut-être ?

Je ne dis pas qu’il faut arrêter complètement de prendre l’avion, je ne m’y engagerai pas moi-même. Je vous mentirais si je disais que je ne prendrais plus jamais l’avion. D’ailleurs, le deuxième confinement m’a donné des envies de voyage à l’autre bout du monde. J’ai envie de me téléporter dans le désert d’Australie pour admirer les étoiles…

Toutefois, j’ai envie de réfléchir à une autre façon de voyager et limiter mon impact environnemental tout en continuant à voyager. Si la solution était simplement de ralentir, de changer son rapport au temps et au voyage ?

les alternatives à l’avion

La voiture, le van ou la caravane

La voiture, le van ou la caravane sont de super alternatives à l’avion pour voyager autrement.  En effet, nous ne sommes pas sur un voyage 0 carbone mais sur un voyage lent, où la traversée des frontières est concrète et qui nous laisse le temps de nous acclimater à la future destination. Le temps du voyage sera le moment idéal pour apprendre les rudiments de la langue du pays et d’en apprendre d’avantage sur son histoire et sa culture.

Voyager autrement alternatives à l'avion, van, voyager en van,

Peu importe le choix que vous faites, les trois types de véhicules vous permettent de dormir où vous voulez quand vous voulez. Pour la voiture, pensez bien à prendre la tente, mais sinon tous les spots de camping sauvage sont à votre disposition. N’oubliez pas les règles de bonnes conduites pendant votre petite nuit en camping sauvage : pas de feu dans les zones à risque, on récupère tous ses déchets, on ne fait pas de bruit…

Je vais vous parler plus en profondeur du van, car c’est vraiment mon moyen de locomotion préféré. C’était un rêve depuis l’Australie, c’est devenu une réalité depuis quelques mois. Nous sommes en train de l’aménager pour pouvoir partir à l’aventure. Pour moi, le van représente la liberté. Liberté de mouvement, d’accélérer ou de ralentir, de dormir où l’on veut. Il entraine des réveils avec le soleil et la nature. Il est également signe de la liberté matérielle. Lorsque l’on voyage en van, on retourne à l’essentiel. A l’intérieur du van vous trouverez : une petite cuisine (1 ou 2 feu, un évier) un lit, une table.  Si vous aimez vivre dehors (comme moi), vous aurez forcément une table de camping et un petit réchaud pour faire le café au lever du soleil dans la nature. De notre côté nous allons “créer” une douche à l’extérieur du van, avec des caillebotis et un rideau tiré entre les deux portes arrières.

Je sais que ce confort spartiate ne peut pas convenir à tout le monde et c’est bien normal, mais pour moi c’est vraiment ma bouffé d’oxygène, le moyen de déconnecter de toutes les contraintes de notre vie moderne. Il me permet de me recentrer sur moi, sur la nature et m’offre la liberté à laquelle je tiens tant.

Le train et/ou le train de nuit

le train, voyage en train, train de nuit, tourisme durable

Le train, une alternative à l’avion qui vous permettra de traverser les frontières par la terre. Ce mode de voyage, certes plus long et souvent un peu plus cher que l’avion, vous offre la possibilité de prendre conscience des kilomètres qui défilent. Dans ces wagons vous pourrez prendre conscience de la destination mais surtout du trajet qu’il faut faire pour y arriver. Le train est une invitation à la poésie, aux rencontres et à la découverte. Les paysages que l’on traverse en train sont souvent à couper le souffle (même sur des petits trajets quotidiens).

Nous avons pu l’expérimenter en Norvège. Pour ce voyage, j’ai pris l’avion pour retrouver Yann à Oslo, mais une fois sur place je voulais que l’on limite au maximum notre impact. Il était hors de question de prendre l’avion pour faire Oslo – Voss (prochain arrêt du voyage), puis pour faire Voss – Bergen. Nous avons donc pris le train de Oslo à Voss, avec un budget (très) limité de mon côté, le choix c’est porté sur le train de 22h et on a roulé toute la nuit. Au petit matin (3h) on a pu commencer à observer les fjords… OUAAH incroyable. Je n’ai pas de mots pour décrire ce que j’ai vu. Ça a été la plus belle partie du voyage, sans oublier la traversée des fjords en bateau pour rejoindre Bergen – j’ai dit pas d’avion !

Mais il y a aussi le train de nuit qui refait surface depuis quelques temps. Un accord de coopération entre les compagnies nationales autrichiennes, françaises, allemandes et suisses, permettrait des coopérations commerciales et règlerait certains problèmes de circulation des trains entre les frontières). C’est un grand pas en avant pour les train de nuit.

Le concept ? Vous parcourez 1 000 à 1 500 kms de nuit, ce qui vous permet d’économiser une nuit d’hôtel et de vous déplacer de façon plus lente. Pour avoir vécu l’expérience du train couchette en Iran, c’est vraiment une expérience extraordinaire. On avait notre petite cabine (4 personnes). On a pu s’installer confortablement, avec un autre passager et passer une super soirée à lire, discuter, jouer de la musique. Puis l’heure de dormir est arrivé, on a rejoins nos couchettes et au lit. Le lendemain matin à l’aube nous étions à destination. Ça reste un de mes meilleurs souvenirs du voyage.

Bateau

Voyager autrement, les alternatives à l'avion, voyager en bateau, le bateau, tourisme durable

Je ne suis pas super emballer de vous parler des bateaux car j’ai à l’esprit les gros bateaux de croisière qui causent de véritables dégats dans les ports où ils stationnent au départ ou à l’arrivée et en mer.  Selon une étude de Transport & Environnement (organisation non gouvernementale) datant de 2019, ils polluent plus que le parc automobile européen. Ils provoquent une pollution invisible, en libérant des particules très fines. Alors que les passagers pensent respirer l’air marin lors de leur voyage, ils respirent en fait ces particules, très nocives pour la santé et notamment les poumons. Néanmoins, on parle là de vrai gros ferry ÉNORME ! Si le bateau n’est pas un mode de voyage 0 carbone certains petits bateaux ou le cargo-stop (c’est mon rêve 🤫) peuvent vous permettre un voyage plus léger en émission.

Je vous en parlais juste avant, le bateau peut-être une super expérience de voyage. C’est le mode de transport que l’on a choisi en Norvège pour faire Voss – Bergen. Un bus nous a amené jusqu’à Flam – port depuis lequel les bateaux partent pour Bergen – puis une fois dans le ferry c’est partie pour 4h de traverser incroyable. Des paysages à couper le souffle, un sentiment de liberté, d’exploration et de vie intense. 4h d’émerveillement, de partage, de rire, de bonheur !

Vélo / pied

Les modes de voyage 0 carbone par excellence : le vélo et la marche à pied (ou à cheval). Sportif du dimanche ne partez pas tout de suite ! Je vous jure que vous avez des expériences incroyables à vivre à pied ou à vélo. Ce sont, tous les deux, des modes de locomotions incroyablement lent. Vous irez un peu plus vite à vélo, je vous l’accorde, ils vous offrent la possibilité d’admirer ce que vous traversez, de découvrir votre chemin. Vous n’êtes pas obligé de partir de suite pour un tour d’Europe, comme l’envisage Clément de Xploreautrement. En revanche vous pouvez envisager une petite aventure près de chez vous.

Voyager autrement les alternatives à l'avion, le vélo, voyage à vélo, voyager à vélo

On parle de micro-aventure. Cette façon de voyager proche de la maison à le vent en poupe ! Et je dois dire qu’il y a de quoi. Je ne me suis jamais trop intéressée à mon environnement proche, j’ai toujours eu des rêves de long et lointain voyage. Pourtant, depuis que je suis installée à Avignon et que j’ai évolué sur ma façon de voir le voyage, je découvre des coins extraordinaires à deux pas de chez moi. Je pense au Colorado Provençal mais aussi au Parc Régional du Luberon et la forêt de cèdre par exemple. Au départ de la maison je peux partir à vélo et faire tout le tour de l’île de la Barthelasse et découvrir les petits producteurs locaux de l’île, admirer le Rhône. Prendre le temps de respirer un air plus pur à deux pas de mon domicile. Bref, les possibilités sont infinies, il suffit d’aller les chercher.

Pour trouver l’inspiration et t’aider à découvrir ta région je t’invite à découvrir l’application Prairy. Fanny et Aurélien sont rentrés de tour du monde en 2018, pour continuer le voyage ils ont décidé de partir à la découverte de leur région natale l’Auvergne-Rhône-Alpes et ont lancé l’application. Grâce à celle-ci vous pourrez, découvrir des lieux proche de chez vous pour une micro-aventure incroyable le temps d’une journée ou d’un week-end. Plus écologique et moins contraignante la micro-aventure est parfaite pour un voyage de proximité.

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’arrêter complètement de prendre l’avion. Je pense qu’il suffit de ralentir son utilisation. C’est comme pour tout, si l’extrême permet de changer les choses il ne peut pas fonctionner avec tout le monde. Je préfère que tous les lecteurs de cet article se disent : “ok, cette année pas d’avion et l’année prochaine on part 3 semaines ou 1 mois dans la destination X, qui me fait tant rêver”. Je préfère 10 000 personnes qui se questionnent que 10 000 personnes qui se braquent et ne veulent pas entendre parler de ces “extrémistes écolos”. Je préfère que vous commenciez à faire de votre mieux pour limiter votre impact environnemental, même si c’est loin d’être parfait, plutôt que vous ayez peur et donc que vous ne fassiez rien.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout. N’hésitez pas à partager et commenter.

Si vous avez besoin d’aide pour organiser votre futur voyage responsable, vous pouvez faire appel à mes services de travel planner ! Je vous dis à très vite.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *